Réduire les émissions de méthane

Au sein de l’industrie canadienne du gaz naturel, le torchage et l’évaporation sont réglementés

Réduire les émissions de méthane liées à l’exploitation du gaz naturel

Les petites quantités de méthane que laisse échapper le gaz naturel (qu’on appelle émissions fugitives) proviennent de soupapes et d’autres équipements utilisés pour forer des puits de gaz naturel et produire le gaz. Ces émissions sont involontaires, invisibles et inodores, mais elles ont une incidence sur les changements  climatiques globaux. Ces « fuites » peuvent provenir de joints de pompes, de soupapes de décharge et de vannes de commande. Le méthane est également rejeté lors du torchage ou de l’évaporation, dans le cadre d’un processus contrôlé. Au sein de l’industrie canadienne du gaz naturel, le torchage et l’évaporation sont réglementés.

Il est essentiel de réduire les émissions de méthane pour atteindre les objectifs de lutte contre les changements climatiques.

En Alberta, l’industrie du pétrole et du gaz naturel est la principale source d’émissions de méthane. Sur l’ensemble de ces émissions, 48 % sont imputables à l’évaporation directe ou à l’évaporation provenant d’équipement dans le cadre de processus délibérés, et 46 % sont des émissions fugitives ou des fuites involontaires. Le gouvernement de l’Alberta, qui reconnaît que la réduction des émissions de méthane constitue le moyen le plus efficace d’accélérer la réduction des émissions de GES, s’est fixé pour objectif de réduire les émissions de méthane de 45 % d’ici 2025, dans le cadre de son Climate Leadership Plan. Pour ce faire, il établira de nouvelles normes pour les installations de l’Alberta, améliorera les méthodes de mesure et de déclaration des émissions, et de détection des fuites, et lancera des initiatives conjointes de réduction des émissions des installations existantes.

La Colombie-Britannique, qui est considérée comme un des chefs de file mondiaux en matière de lutte contre les changements climatiques et de réduction des émissions de GES, déploie des efforts ambitieux afin de réduire ces émissions, notamment les émissions de méthane. La province a établi des objectifs par rapport à ses niveaux d’émissions de 2007 (65,9 mégatonnes) : 18 % de réduction d’ici 2016, 33 % de réduction d’ici 2020 et 80 % de réduction d’ici 2050.  

L’organisme de réglementation provincial (OGC) s’est doté d’équipements qui protègent la qualité de l’air en surveillant l’air ambiant et en détectant les sources potentielles de contaminants atmosphériques (dont les émissions fugitives) liés à l’exploitation du gaz naturel. Il s’agit des équipements suivants : 

  • Détecteurs de méthane
  • Caméras à infrarouges capables de détecter les fuites mineures
  • Unités mobiles (remorques) de surveillance de la qualité de l’air

PARTAGER