Fracturation hydraulique

La fracturation hydraulique est une technologie réglementée par le gouvernement.

Qu’est-ce que la fracturation hydraulique?

La fracturation hydraulique est une technologie réglementée par le gouvernement qu’on utilise en toute sécurité depuis 60 ans pour extraire le gaz de schiste ou le gaz naturel de réservoir étanche qui est emprisonné dans la roche à de grandes profondeurs. Après qu’un puits ait été creusé, on y injecte à haute pression un fluide de fracturation afin de créer de minuscules fractures dans la roche. Ces fractures sont agrandies par des grains de sable, ce qui permet au gaz naturel de remonter jusqu’à la surface.

Source: Devon Energy

Fracturation hydraulique – Comment ça fonctionne

1. Forage du puits

Les réserves de gaz naturel non conventionnelles se trouvent généralement à une profondeur comprise entre deux et trois kilomètres sous la surface de la terre et à des centaines de mètres sous les eaux souterraines potables les plus profondes.

2. Tubage de surface

Le tubage en acier est inséré et cimenté, ce qui crée une barrière solide entre le puits et toutes les sources d’eau souterraines. On injecte du ciment dans le puits, tout autour du tubage, ce qui crée une barrière solide sur le pourtour du puits.

3. Tubage intermédiaire

Le tubage intermédiaire descend encore plus profondément sous les éventuelles sources d’eau douce, et crée une couche supplémentaire autour du tubage de production.

4. Forage horizontal

La technique de forage horizontal permet de prolonger le puits sur des centaines de mètres dans la formation afin de maximiser la zone de production et de permettre l’extraction d’une plus grande quantité de gaz naturel de chaque puits, ce qui réduit les impacts en surface.

5. Perforation du puits

Avant la fracturation, on perfore le puits afin de créer un point d’entrée qui permettra au gaz naturel de circuler. Une fois les perforations effectuées, la roche se fracture.

6. Fracturation

Une fois qu’on a créé les fractures dans le schiste, on injecte le fluide de fracturation dans le puits sous pression, ce qui fracture la roche de schiste. Ces fractures s’étendent sur une distance de 50 à 100 mètres à partir de la section horizontale du puits. Une fois la fracturation terminée, le sable élargit les fractures, ouvrant la voie au gaz naturel, qui circule alors plus facilement dans le puits.

Fluides de fracturation hydraulique

Les fluides de fracturation hydrauliques sont principalement composés d’eau et de sable (~98,5%) et d’une petite quantité d’additifs (~1,5%). Les additifs servent notamment à limiter la prolifération bactérienne et à prévenir la corrosion. La composition des fluides de fracturation varie d’une formation rocheuse à une autre.

Contrôler l’utilisation des fluides de fracturation

Tous les additifs doivent être conformes aux réglementations provinciale et fédérale, le cas échéant. Les membres de l’industrie respectent également les meilleures pratiques visant à évaluer et contrôler l’usage d’additifs de fracturation. Cela comprend la mise en place de plans d’atténuation des risques, dans l’éventualité improbable d’une fuite.

Divulgation publique 

Les règlements en vigueur en Colombie-Britannique et en Alberta exigent des producteurs qu’ils divulguent publiquement les additifs qu’ils utilisent pour la fracturation hydraulique. Pour chaque puits, l’exploitant doit décrire les éléments suivants: la fonction des additifs utilisés, leur appellation commerciale, la liste de leurs ingrédients, tels qu’on les trouve sur la fiche de données de sécurité (FDS) de même que le numéro de registre du Chemical Abstract Service (numéro CAS). On trouve ces données sur le site www.fracfocus.ca (en anglais).



PARTAGER